Convergence Soins » Chantal Sébire : une mort qui brouille l’image des soins palliatifs

Chantal Sébire : une mort qui brouille l’image des soins palliatifs

Le décès de Chantal Sébire nous émeut profondément. Nous avons été touchés par le processus d’emballement qui s’est emparé de notre société autour de son cas douloureux et spectaculaire. Sa prise de parole courageuse méritait le respect. Mais sa souffrance et sa mort devraient-ils rendre cette parole indiscutable ? Le retentissement et les conséquences de ce deuil nous concernent tous. Engagés auprès de personnes éprouvées, dépendantes ou en fin de vie, nous ne pouvons taire aujourd’hui notre triple malaise.
Premier malaise, sur l’impasse dans laquelle semble s’être enfermée Chantal Sébire. Nous entendions qu’elle ne soignait ses douleurs physiques qu’avec de l’aspirine. On nous a fait part d’une allergie à la morphine, mais, surtout, d’un refus des soins palliatifs dont la nécessité semblait évidente. Comme pour l’affaire Humbert, nous n’avions du dossier médical qu’un son de cloche qui laissait perplexe. Est-il indécent de s’interroger sur les conditions du parcours soignant qui a abouti à ce refus et à c e qui pourrait être un suicide , au moment même où le médecin traitant présentait à l’Élysée le dossier à un spécialiste ? Chantal Sébire disait agir en pleine possession de ses moyens. Mais l’idée qu’elle se faisait des soins palliatifs nous atterre. Quelle image lui en avait-on donnée ? Par ailleurs, quel fut véritablement le sens d’une demande qui récusait le suicide tout en réclamant qu’il soit médicalement administré ? On a enjoint la médecine non plus à soigner mais à tuer, comme si tuer pouvait vaincre la maladie.
Second malaise, sur le rôle des personnes qui se pressaient depuis quelques semaines autour de cette femme. Nul doute que le caractère spectaculaire de la tumeur dont elle souffrait en faisait, malgré elle, un symbole du combat pour l’euthanasie. Nous n’avons pas la naïveté de croire que cette image fut innocente. Le mouvement qui l’entourait ne fait pas mystère d’une revendication bien plus large que celle de traiter les exceptions.
Chantal Sébire ne fut-elle pas l’instrument d’un enjeu qui la dépassait ? Avait-elle les moyens de se libérer de ceux qui en ont fait leur porte-parole ? Ils savaient avoir trouvé un cas capable de faire « bouger les lignes ». Ils ont feint de croire que la justice pourrait permettre son euthanasie. L’émotion entretenue par ce suspense factice s’est faite totalitaire. Comment ne pas voir que celle qui s’est emparée des esprits leur a fait abdiquer la raison et le sens critique ? Interroger la réalité de la situation de Chantal Sébire risque d’apparaître comme une insulte à sa mémoire.
Troisième malaise, sur la façon dont l’opinion a vu traiter ce cas. Nous l’avons lu ici ou là dans les titres : « Chantal Sébire ne pourra pas mourir en France » ; « La justice refuse la mort douce à Chantal Sébire. » Comme si elle était condamnée à l’exil. Comme si l’euthanasie était douce. Des années d’explication sur le sens des soins palliatifs ont été pulvérisées par ces slogans mensongers. Déjà nous constatons la terreur que provoquent chez nos patients l’idée de la défiguration et celle des douleurs irrépressibles qui lui sont attachées. L’éventail des moyens analgésiques et d’accompagnement est méconnu. Déjà nous mesurons les effets néfastes d’un prétendu « droit au suicide » avancé ici ou là. Tous les efforts de la société pour sauver et consoler les désespérés et garantir leur place aux personnes dépendantes, sans les juger sur l’apparence, ont été contredits. Quel type de pitié poussait à croire qu’il valait mieux que Chantal Sébire meure vite ? N’a-t-elle pas témoigné jusqu’à ces derniers jours d’une vitalité admirable malgré la lourdeur de son handicap, sa peur et sa solitude ?
Nous le savons tous, la mort est une voleuse à laquelle on est obligé de consentir. Les moments qui la précèdent sont parmi les plus intimes, les plus intenses, les plus respectables aussi. Ils n’ont rien d’un spectacle. C’est un chemin personnel à parcourir. Ce qui explique que l’agonie soit réservée aux plus proches, tandis que les badauds en sont écartés par dégoût du voyeurisme et de l’obscénité. Cette chronique d’une mort annoncée nous attriste. Nous aurions aimé que Chantal Sébire en soit protégée.
Par Olivier Jonquet, réanimateur, professeur à la faculté de médecine de Montpellier, porte-parole de l’association Convergence soignants-soignés,
Xavier Mirabel, cancérologue, président de l’Alliance pour les droits de la vie et Tugdual Derville, délégué général de l’Alliance pour les droits de la vie.


Le Figaro du 21 mars 2008

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>